Chapitre 69

Mon enquête dans Utopia avait été un échec complet. Personne n’avait vu ni entendu quoi que ce soit et, comme je m’en doutais déjà, aucune femme parmi les colons ne ressemblait à celle que j’avais vue la nuit précédente. J’espérais surtout que l’une d’elles m’évoque quelque chose comme cela avait été le cas dans la pénombre, mais rien de tout cela ne s’était produit. Je me retrouvais donc à mon point de départ, sans la moindre piste concrète.

Continuer la lecture

Chapitre 68

De retour chez moi, je ne m’étais pas barricadée et réfugiée dans mon lit en tremblant. Au lieu de cela, j’essayais de trouver une explication rationnelle à la situation. Pour commencer, mieux valait ne parler de cette histoire à personne. Je n’avais pas envie de passer pour une obsédée qui voit des femmes nues dès que ses hormones la titillent un peu. Déjà que mon histoire de vision et d’orbe lumineux prêtait à sourire. S’il y avait d’autres cas similaires, on pourrait soupçonner quelque chose dans l’air ou la nourriture, mais, jusqu’à maintenant, cela n’était arrivé qu’à moi. A moins que ce ne soit encore que le début. Continuer la lecture

Chapitre 67

En ressortant de l’infirmerie, je me sentais d’excellente humeur et rien n’aurait pu ensoleiller davantage ma journée à part, peut-être, une douche fraîche et des vêtements propres. C’était la fin de l’après-midi, une heure à laquelle la chaleur commençait à devenir plus supportable. Les colons commençaient à quitter leurs postes pour regagner, pour certains, leur domicile, pour d’autres, le dortoir collectif avant de tous se retrouver au réfectoire pour le repas. Thomas avait tenu à m’accompagner jusque chez moi pour, d’après ses dires, faire le point sur mon état de santé. A ses regards et le sourire complice accroché à ses lèvres, je m’attendais plutôt à ce qu’il essaie de me tirer les vers du nez. Continuer la lecture

Chapitre 66

De retour à Utopia, je m’étais rendue à l’infirmerie afin de faire soigner ma blessure à la main. Sur le chemin, je n’avais pu m’empêcher de repenser à l’expérience que je venais de vivre. L’étrange similitude entre la vision issue toute droit de mon rêve et la réalité de cette salle de cryogénie que, j’en avais la certitude, je n’avais jamais vue auparavant, me laissait plus que perplexe. Continuer la lecture

Chapitre 65

Rendue sur le site du crache réussit de l’Hermès, celui-ci offrait un spectacle saisissant tant par la taille imposante de l’épave à demi échouée sur la plage, dépassant allègrement la cime des arbres, que par cette impression d’échec réussit apocalyptique. En soi, il s’agissait ni plus ni moins d’une prouesse autant que d’une chance effrontée de la part de Gareth, le pilote. Autre fait incroyable, nous n’avions à déplorer aucun mort et seulement quelques blessés. Continuer la lecture